Thèmes

Examen de l’expression "Respect de la vie"

L'expression "respect de la vie" est devenue des plus banales et on étonnerait plus d'un, en France surtout, en lui disant qu'elle a été forgée, un jour, par Albert Schweitzer, le bon docteur de Lambaréné. N'a-t-elle jamais été employée auparavant et par ailleurs? Peut-être que si, mais en passant et sans qu'on y vît le concept fondateur et moteur de l'éthique. De fait, et pour dire les choses plus exactement, ce ne sont pas les mots "respect de la vie" que Schweitzer avait "trouvés", mais en allemand les mots Ehrfurcht vor dem Leben. Dans Ehrfurcht, il y a "ehren" (vénérer) et "fürchten" (craindre). Nous pourrions donc traduire: crainte et tremblement devant la vie, crainte et vénération ou crainte et respect, crainte respectueuse ou respect craintif de (devant) la vie. C'est tout cela qu'évoque l'expression allemande, sur un fond religieux, biblique, vétéro-testamentaire, auquel une oreille un peu avertie sera immédiatement sensible. L'objet de la "Ehrfurcht" était traditionnellement Dieu, Jehovah, le Dieu terrible, de courroux et de justice. Tu craindras et vénéreras ton seigneur Dieu.

A la place de Dieu, Schweitzer a mis la vie. Et ce serait tout ? Le tour joué ! Cette substitution - ou cette confusion - paraît assez facile, une fois qu'on en connaît les termes, comme si l'agilité combinatoire de la langue ne pouvait pas la manquer, un jour ou l'autre,  mais en réalité ce n'est pas si évident et Schweitzer a bien fait là une "découverte" - peut-être même a-t-il opéré rien moins qu'une révolution métaphysique, a-t-il produit rien moins qu'"un événement eschatologique dans l'histoire de l'être"("ein eschatologisches Ereignis der Seinsgeschichte", selon le professeur suisse Ulrich Neuenschwander) ?

Le mot "respect" paraît d'abord pauvre à côté du mot allemand "Ehrfurcht". Mais il a son génie, lui aussi, via le latin "spectere": regarder, et respectus: regarder en arrière ou regarder à deux fois, si on peut dire, bien voir et prendre garde, faire attention. Respect: attention, saisissement, étonnement, émerveillement, non dénué de crainte. Craindre le mystère, la puissance de la vie. Et s'étonner, être comme frappé de stupeur devant le fait de la vie. Est-ce que dans le sentiment de respect, tel que l'éprouve Schweitzer, n'est pas renfermé l'étonnement philosophique ou métaphysique, ce "thaumazein", ce "je ne comprends pas" primaire, qui hier comme aujourd'hui, disait Aristote, éveille les hommes à la philosophie ?

Imprimer l'article

Parutions récentes

Toutes les parutions

L'Esprit et le Royaume Détails
Albert Schweitzer, La compassion et la raison Détails

AFAAS - 1 quai Saint-Thomas - BP 80022 - 67081 Strasbourg Cedex

Mentions légales | Contact

Association Française des Amis d'Albert Schweitzer